• Marie

Mandy Barker

Mandy Barker est une photographe d'origine anglaise qui récupère des déchets dans les océans et les plages du monde entier pour en faire des montages photographiques afin de lutter contre le réchauffement climatique. Gagnante en 2018 d'un award pour la recherche et l'exploration par le National Géographique, elle figure parmi les nommés au prestigieux prix PICTET qui a eu lieu dernièrement et a été attribué à Richard Mosse. Ce concours créé en 2008 récompense chaque année un artiste dans le monde pour son investissement consacré au thème du développement durable. Elle présentait la série SOUP à cette occasion.



L'année 2018 a compté le plus grand nombre de catastrophes naturelles enregistrées lors du dernier siècle et remporte la 4ème place au rang des températures les plus élevées relevées depuis la fin du XIX° siècle, d’après l’OMM (Organisation Météorologique Mondiale).


La récupération des déchets est un thème récurrent chez Mandy Barker. Elle est, selon l'artiste, la pratique la plus efficace afin de sensibiliser les masses aux dangers qu'entraîne la pollution des océans au niveau planétaire. Les océans absorbent 90% des émissions de gaz à effet de serre à eux seuls. Le niveau de la mer nous permet de rendre visible la fonte des glaces. La quantité de déchets stockée est quantifiable, se réunissant à des endroits précis grâce aux courants.



Dans ses travaux, l'artiste utilise l’accumulation de déchets pour démontrer que même une poche plastique ou un coton tige seul dans un mode de consommation globalisée devient problématique à l’heure actuelle.


L'effet tourbillonnant et les objets en suspens reproduisent la sensation esthétique de l'apesanteur de l'eau. C'est en regardant avec plus d'attention que l'on prend conscience de la quantité d'objets qui composent le cliché, créant ainsi un sentiment de stupéfaction, voire de culpabilité. L'artiste écrit: "Le but de mon travail est d’engager et de stimuler une réponse émotionnelle pour le spectateur, en combinant une contradiction entre l’attraction esthétique initiale et le message de conscience.".


Ingredients; marine debris balloons collected from around the world.


L'artiste, qui a parcouru le monde afin de concevoir ces collectes, a régulièrement choisi de se rendre sur des sites touchés par des catastrophes naturelles (comme les mers japonaises ravagées par le tsunami de 2012), afin de nous nous sensibiliser à la théorie des courants.

En effet, l’accumulation chez Mandy Barker représente des zones existantes précises et notamment ici celle dans l’océan Pacifique Nord, connue sous le nom de Garbage Patch ou aussi appelé "septième continent" ou "soupe plastique".


Hong Kong Soup: 1826 depicts plastics gathered from over 30 different beaches in Hong Kong


Il s'agit d'un vortex, ou gyre océanique, au sein duquel un mouvement de rotation emporte les déchets flottants à un point central. Ces déchets s'accumulent en bancs. Il en existe cinq principaux dans le monde : le gyre subtropical de l'océan Indien, le gyre subtropical de l'Atlantique nord, le gyre subtropical de l'Atlantique sud, le gyre subtropical du Pacifique nord et le gyre subtropical du Pacifique sud.


Pénalty By Mandy Baker


"Jusqu'à une époque récente, ces débris de nature organique subissaient une biodégradation. Les activités humaines y amènent désormais des débris en matières non biodégradables." (étude OMM)


Mandy Barker utilise donc l'art comme une arme écologique en nous rappelant que les océans sont le principal réservoir d'eau dont nous disposons et que nous sommes en train de l'empoisonner à notre insu. Artiste militante et engagée, elle se bat pour la protection de l'environnement et de notre propre santé.


Emma Labruyere - Coco & Galago

 À très bientôt ici ou ailleurs ! 

Suivre nos aventures

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

Découvrir nos projets

logo.png