• Marie

Benzilla

Mis à jour : 19 nov. 2020

Rencontre avec Benzilla, street artiste thaïlandais de la nouvelle génération et directeur artistique de la marque Alavard.


"Bonjour Benzilla. Tout d’abord, pourquoi le street art comme mode d’expression ?

Je travaille dans de nombreux domaines artistiques comme l’illustration, la mode, le design, la vidéo et le street art en effet. J’ai choisi cette forme artistique car c’est celle qui selon moi a le plus d’impact auprès du public. Elle est facilement lisible et se tient à la vue de tous, contrairement au musée. C’est très utile lorsque l’on veut transmettre un message de façon efficace.



Votre travail est donc engagé plus que décoratif ?

Je ne dirais pas que mon travail est engagé ou décoratif. D’ailleurs, je ne me soucie pas vraiment de ce dont on me qualifie. Ce que je souhaite, c’est rendre les gens heureux, provoquer de la joie grâce à l’art.


On reconnaît facilement vos oeuvres grâce à un personnage en particulier, une sorte de petit monstre aux allures de cartoon, qui possède trois yeux et un style vestimentaire occidental. Que représente-t-il à vos yeux ?

Le personnage à trois yeux représente l’Outsider de façon générale, comme un alien provenant d’une autre planète et qui souhaiterait s’intégrer à notre univers, ou plus simplement, comme lorsqu’un occidental visite la Thaïlande pour la première fois et qu’il se sent complètement perdu par rapport à notre culture et à nos règles. Mes œuvres sont là pour rassurer et amuser les étrangers.



Vous avez récemment travaillé sur des sculptures et notamment des art-toys, est ce une évolution de votre travail ?

Travailler en volume est toujours très excitant, j’ai voulu créer des art-toys car je suis passionné de jouets depuis toujours. J’aime le concept du art-toy car, derrière une forme simple on peut construire une œuvre complexe et porteuse d’un réel message. En ce moment, je m’intéresse beaucoup à l’évolution de la consommation. Depuis quelques années, on voit apparaître une nouvelle génération de consommateurs, qui dépense des fortunes dans des objets design et ce pour alimenter leurs réseaux sociaux et paraître plus cool. C’est une façon de se créer un statut et c’est même devenu un métier : influencer web. Ensuite, des millions de personnes voudront acheter ce même produit pour avoir l’impression d’appartenir à un groupe et être cool à leur tour. C’est pourquoi je travaille actuellement dans l’univers du luxe, cela me permet de comprendre ce phénomène de l’intérieur.".



À croire que plus le Monde s'ouvre, plus l'outsider tend à disparaître...


Laudine Jacobée - Coco & Galago

 À très bientôt ici ou ailleurs ! 

Suivre nos aventures

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

Découvrir nos projets

logo.png