• Marie

Alex Face

Mis à jour : 19 nov. 2020

Impossible de parler de street art thaïlandais sans mentionner Alex Face. C’est LE street artiste en vogue. On peut trouver ses œuvres un peu partout dans la capitale, et notamment sur la façade du BACC de Bangkok, l’un des deux centres d’art contemporain de la ville.


Alex Face puise son inspiration auprès de sa fille, qu’il met en scène comme symbole de la jeunesse thaïlandaise. Dotée d'un troisième oeil qui lui offre le don de voyance, l'enfant parait blasée et vieillie prématurément; elle nous renvoie à une vision plutôt pessimiste du futur de la nation et tire la sonnette d’alarme.


« Je la peins en ayant l'air désabusé parce que je pense que nous devons tous nous inquiéter de l'avenir. Il y a de plus en plus de gens dans le monde, et ces gens ont besoin de nourriture, mais toute la terre est en train d'être pavée. La terre est maintenant utilisée pour fabriquer des centres commerciaux remplis de choses dont nous n'avons pas besoin. C'est un gaspillage. L'avenir est effrayant, moins de nourriture et plus de gens. J'espère que mon art fera réfléchir les gens.".



De murs en murs, Alex Face utilise sa bombe pour s’attaquer à la décadence urbaine. Bien que son message soit réaliste et inquiétant, l'univers de l'artiste est gorgé de poésie et de croyances métaphysiques. Il faut dire qu'Alex Face a grandi dans un environnement où le super naturel a toujours prévalu sur le vivant. Pas étonnant donc pour l'artiste de travailler sur des formes anthropomorphiques aux propriétés mystiques, tels que des lapins, des canards ou encore des aigles. L'artiste raconte :


"Quand j'étais jeune, mon frère est tombé malade. Il est descendu avec une maladie qui a fait rétrécir sa jambe. Il avait six ou sept ans. Ma mère et mon père l'ont emmené chez le médecin, mais ils ne pouvaient pas faire grand-chose pour lui. Alors ma grand-mère est allée à notre temple et a obtenu cette poudre faite d'encens brûlé et l'a mélangé avec de l'eau bénie par un moine. Cela s'est transformé en crème, et elle a frotté cette crème sur la jambe de mon frère. Il a durci en un plâtre, mais ses cheveux ont commencé à sortir par le plâtre. Ma grand-mère prenait ces cheveux et les brûlait dans la flamme d'une bougie. Elle a continué à faire cela pendant environ un mois et sa jambe n'a cessé de grossir jusqu'à ce qu'elle soit à nouveau de la bonne taille. Il va bien maintenant."


Issu d'une génération qui grandi dans au sein d'espaces naturels et oniriques, on comprend facilement les craintes de l'artiste quant à l'évolution du paysage de son pays, de ses valeurs, et à l'avenir qu'il laissera à sa fille.

Crédits photos : Hippiedreamer


Laudine Jacobée - Coco & Galago

 À très bientôt ici ou ailleurs ! 

Suivre nos aventures

  • Facebook - Black Circle
  • Instagram - Black Circle
  • LinkedIn - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle
  • YouTube - Black Circle

Découvrir nos projets

logo.png